Please use this identifier to cite or link to this item: http://dspace.univ-ouargla.dz/jspui/handle/123456789/12182
Full metadata record
DC FieldValueLanguage
dc.contributor.authorYAHI, Yakoub-
dc.contributor.authorGUEZOUL, Omar-
dc.date.accessioned2016-11-10T15:34:34Z-
dc.date.available2016-11-10T15:34:34Z-
dc.date.issued2016-11-10-
dc.identifier.urihttp://dspace.univ-ouargla.dz/jspui/handle/123456789/12182-
dc.description4ème Workshop sur l’agriculture saharienne: ‘’ ‘La céréaliculture dans les zones arides : Etat des lieux et perspectives’’ Ouargla le 10 mars 2015en_US
dc.description.abstractEn Algérie, la culture du blé est parmi les grandes cultures ayant une importance dans la politique agricole du pays. Elle représente, en effet, environ 50 % des cultures céréalières. Toutefois, au cours de son développement, la culture du blé est sujette à la variation des conditions climatiques et aux attaques de pathogènes, pouvant influencer négativement la production en quantité et en qualité. La première partie de cette étude a visé l’isolement et l’identification des espèces fusariennes à partir de plusieurs semences de blés qui viennent de différents champs de la commune d’El-Assafia (Laghouat). Il s’agit d’une étape indispensable pour renforcer nos connaissances sur les différentes espèces qui affectent le blé dans cette région agricole. En se basant sur les caractéristiques morphologiques des isolats de Fusarium isolés, quatre espèces ont été identifiées: F. culmorum, F. graminearum, F. pseudograminearum et F. poae. La deuxième partie de ce travail a porté sur l’étude de la pathogénie et de l’agressivité de deux espèces du genre Fusarium (F. culmorum et F. graminearum) sur 5 lignées de blé dur. Dans un premier temps, deux techniques d’inoculation ont été testées et comparées entre elles. Toutefois la technique d’inoculation par fragment mycélien semble être plus simple et demande moins de temps. Les résultats obtenus montrent l’uniformité de la technique d’inoculation par fragment mycélien. Cette dernière a été adoptée pour réaliser les tests de pathogénie. Cette étude a montré aussi que l’agressivité des isolats testés a varié entre les deux espèces testées. Le Fusarium culmorum a montré une agressivité plus élevée que le Fusarium graminearum. Le dernier volet de cette étude a porté sur l’évaluation du potentiel toxinogène, dans notre étude, trois isolats de Fusarium sont testés, deux de F.culmorum, et un isolat de F.graminearum. Les résultats montrent que seulement «3 isolats de Fusarium sont toxinogènes et produisent deux types de toxines, donc nous avons deux chémotypes ; - Chemotype1 : DON/3Adon il s’agit des isolats BD11 et R214. - Chemotype 2 : NIV/FX, il s’agit de l’isolat BD06.en_US
dc.subjectfusarioses de blésen_US
dc.subjectpouvoir pathogèneen_US
dc.subjectpotentiel toxinogèneen_US
dc.subjectLaghouaten_US
dc.titleContribution à l'étude des Fusarioses de blés dans la région de Laghouat : identification des espèces fusariennes et l'étude de leur pouvoir pathogène et toxinogène.en_US
dc.typeArticleen_US
Appears in Collections:5. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
YAHI Yakoub.pdf37,32 kBAdobe PDFView/Open


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.