Please use this identifier to cite or link to this item: http://dspace.univ-ouargla.dz/jspui/handle/123456789/13345
Title: L’importance des cultures sous abris et moyens de lutte contre les principaux ravageurs dans la région de Ouargla
Authors: IDDER-IGHILI, Hakima
IDDER, Mohamed Azzedine
Keywords: patrimoine phoenicicole
biodiversité faunistique
infestation
Ouargla
Issue Date: 25-Jan-2017
Abstract: Notre étude comporte trois parties. La première concernant l’évaluation du patrimoine phoenicicole dans la région de Ouargla, a fait ressortir un nombre de 55 variétés de dattes. La deuxième partie concernant la richesse faunistique des palmeraies est considérable. 182 espèces sont inventoriées dans 4 stations d'étude dont 142 espèces invertébrées et 40 espèces vertébrées. Le quotient de SORENSON ainsi que l'ACM nous ont montré que la répartition de cette faune est liée aux affinités écologiques de chaque espèce inventoriée. La troisième partie s'intéresse aux interactions cultivars-faune (pyrale des dattes et cochenille blanche). L’infestation des dattes par Ectomyelois ceratoniae dans les palmeraies de la région varie selon le cultivar de dattes. Parmi les vingt cultivars étudiés, le cultivar Takermoust est parmi les plus infestés avec des taux pouvant atteindre 57% et les cultivars Tati-wtnuh et Ghars parmi les moins infestés, en revanche le cultivar Bent-Khbala n’a pas du tout été infesté. Seules deux cultivars, Takermoust et Ticherwit, ont montré des infestations précoces, depuis le stade de grossissement des fruits. Les analyses biochimiques des dattes nous ont permis de discriminer les vingt cultivars qui sont en grande partie légèrement acides à neutres, assez riches en sucres totaux, avec deux cultivars Bent-Khbala et Ghars plus riches en sucres réducteurs et moins riches en saccharose. L’A.C.P. nous a permis de définir les préférences alimentaires de la pyrale. Il parait clairement qu’Ectomyelois ceratoniae préfère se nourrir et pondre ses oeufs sur des dattes molles à demi-molles (non par rapport à leur teneur en eau mais plutôt par rapport à leur rapport sucres totaux/eau), légèrement acide à neutre à fort taux de saccharose, afin d’assurer à sa descendance les meilleurs conditions de nutrition. La cochenille blanche ou Parlatoria blanchardi TARG évolue en fonction des différentes variétés de dattes. Les variétés les plus infestées sont Hamraya, Deglet-Nour et Ghars avec respectivement 19,68 ; 15,50 et 15,13 coch./cm2, suivie par Degla-Beida, Bayd-Hmam et Tamsrit faiblement infestées avec des degrés d’infestation respectifs de 9,71 ; 8,37 et 6,99 coch./cm2. Cette différence peut être due à la composition glucidique variable entre les six variétés. Par ailleurs, la densité de cochenilles blanches varie selon plusieurs facteurs, tels que la variété, l'âge du palmier et la position de la couronne foliaire. Concernant la couronne foliaire, les infestations sont plus élevées au niveau de la couronne extérieure chez toutes les variétés de palmier.
Description: 2eme Seminaire International sur la Biodiversite Faunistique en Zones Semi arides Et Arides
URI: http://dspace.univ-ouargla.dz/jspui/handle/123456789/13345
Appears in Collections:5. Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
idder ighili hakima.pdf223,89 kBAdobe PDFView/Open


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.