Please use this identifier to cite or link to this item: http://dspace.univ-ouargla.dz/jspui/handle/123456789/635
Title: La violence de l’écriture dans le roman algérien d’expression française des années 90 Le cas de ″Les agneaux du Seigneur" de Yasmina Khadra
Authors: MESSATI, Saïd
Foudil DAHOU
Keywords: violence
paratexte
écriture radiographique
écriture noire
écriture blanche
Issue Date: 16-Sep-2006
Series/Report no.: 2006 / 2007;
Abstract: Le thème de notre travail de recherche porte comme titre « La violence de l’écriture dans le roman algérien d’expression française des années 90 : Le cas de ″ Les agneaux du Seigneur ″ de Yasmina Khadra ». Il nous a été inspiré d’abord par le contexte de l’Algérie des années 90, un contexte jalonné de bouleversements et soubresauts sociopolitiques ; et ensuite par l’abondance des productions littéraires qui témoignent de cette décennie. Yasmina Khadra nous invite dans ce roman mêlant réflexions sur l'écriture et violence du texte à méditer les questions de l’essence humaine et sa prédisposition à la violence. Ecrit dans une langue dure qui se joue du mot, une langue orale pour renforcer cette interrogation pertinente sur l’écriture, le roman de Yasmina Khadra Les agneaux du Seigneur refuse au lecteur le confort de la certitude pour lui offrir une violence dissimulée dans les plis et replis de l’écriture. De fait, nous avons essayé de répondre à une question majeure tout au long de cette étude : Comment se manifeste la violence dans l’écriture de Les Agneaux du Seigneur de Yasmina Khadra ? Pour mener à terme cette étude nous avons emprunté nos concepts à diverses disciplines qui forment le large domaine des sciences humaines et de la critique littéraire en l’occurrence : la linguistique, la psychanalyse, la sociocritique et la sémiologie…C’est donc à un exercice interdisciplinaire que nous nous sommes livré. Après avoir étudié le roman, nous sommes parvenus à montrer que la violence traverse l’écriture de part et d’autre : d’abord, au niveau des éléments hétérogènes qui entourent le texte où tous les éléments paratextuels, sans exception, portent une charge importante de violence, mais à des degrés différents. À travers ces informations paratextuelles (pseudonyme, titre, dédicace et épigraphe) nous avons pu déceler une forme de violence qui agit sur le lecteur indirectement mais intensément. Ensuite, nous avons pu constater que l’écriture de Les Agneaux du Seigneur n'est pas uniquement une écriture noire, mais qu'elle peut être aussi désignée d’écriture blanche telle que Roland Barthes la définit dans son ouvrage Le Degré zéro de l'écriture. En effet, nous avons remarqué que ce type d’écriture jouait un rôle impératif dans la transmission de la violence. En outre, nous avons distingué d’autres formes de violence d’écriture telles que : le déséquilibre social et la nomination des personnages, le mouvement narratif perturbé et le mélange de genres. Enfin, le langage utilisé par l’auteur présente l’autre forme de la violence de l’écriture tels que : le mélange d’écritures littéraire et orale, l’alternance de registres langagiers, la vulgarité de mots et la transgression syntaxique.
URI: http://hdl.handle.net/123456789/635
ISSN: h134
Appears in Collections:Département de Français - Magister

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
Said_MESSATI.pdf2,06 MBAdobe PDFView/Open


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.