Please use this identifier to cite or link to this item: https://dspace.univ-ouargla.dz/jspui/handle/123456789/667
Title: Rôle du dromadaire dans le transfert des graines des plantes spontanées du Sahara septentrional algérien
Authors: TRABELSI, Hafida
CHEHMA Abdelmadjid, SENOUSSI Abdelhakim
Keywords: Dromadaire
Fèces
Transfert
Graine
Plantes spontanées
Sahara septentrional algérien
Issue Date: 29-Nov-2010
Series/Report no.: 2010;
Abstract: Le dromadaire est connu comme étant le seul herbivore domestique adapté à la valorisation de la végétation saharienne. Le principal objectif de ce travail est de connaitre le rôle écologique de cet animal sur son écosystème désertique dans le maintien du couvert floristique par la dissémination des graines par endozoochorie. Pour cela, des échantillons de fèces du dromadaire ont été récoltés dans deux transects (Touggourt et Ghardaïa) représentatifs de six parcours camelins sahariens et durant quatre saisons consécutives de l’année d’étude (2009/2010), dans le but de prélever les graines et les soumettre aux différents tests de germination. L’analyse spatio-temporelle de contenu de fèces du dromadaire en graines nous a permis de recenser 2967 graines représentant 35 différents types. Du point de vue temporel, la répartition de la densité de graines ainsi que les différents types durant l’année d’étude varie suivant les saisons de récolte. A cet effet, la plus grande densité de graines est présente en été (1609 graines) tandis que les nombres de présence faibles sont enregistrés en hiver (516 graines), au printemps (422 graines) et en automne (420 graines), et de la même façon, le plus grand nombre de types est présent en été avec 28 types, suivis de la saison d’automne avec 21 types, arrive ensuite la saison d’hiver avec 15 types et celle de printemps avec 12 types. D’autre part, la répartition spatiale de graines montre que la densité la plus élevé de graines est représentée dans le transect de Ghardaïa (1832 graines) arrive ensuite le transect de Touggourt (1135 graines), et le nombre de types le plus élevé est enregistré dans le transect de Ghardaïa (33types), pour le transect de Touggourt, le nombre enregistré est de 21 types. Pour les tests de germination les résultats obtenus ont montré, qu’en générale, le passage de graines dans le système digestif du dromadaire n’a pas d’effet négatif sur leur pouvoir germinatif. Enfin, l’analyse spatio-temporelle des épidermes contenus dans les fèces du dromadaire enregistre 64 espèces broutées par cet animal, ce qui donne une proportion de 55% d’espèces déféquées au stade graines aptes à se régénérer.
URI: http://hdl.handle.net/123456789/667
ISSN: h166
Appears in Collections:Département des Sciences de la Nature et de la Vie - Magister

Files in This Item:
File Description SizeFormat 
TRABELSI_Hafida.pdf10,86 MBAdobe PDFView/Open


Items in DSpace are protected by copyright, with all rights reserved, unless otherwise indicated.